KikouBlog de Mustang - Septembre 2009
Mustang

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Septembre 2009

Coup de pompe

Par Mustang - 24-09-2009 22:51:24 - 7 commentaires

 

Deuxième jour d'automne, le temps est doux, j'en profite  pour effectuer ma sortie hebdomadaire en vtt.

 

 

 

L'heure est tardive mais  la  lumière  n'en est que  plus flamboyante.

 

 

Mon itinéraire pour quitter la ville est toujours  le  même: une succession de chemins bocagers qui mènent à une petite route proche de  la forêt.
 
Le paysage immuable dans son relief varie au fil des saisons. Les terres, au débouché du chemin, après avoir porté les  blés durant toute la belle saison ont été mises  à nue  par un hersage annonçant les  labours d'automne.
 

 
A l'ondulation de  la terre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                          répond la reptation animale
 
 
Ce n'est qu'un inoffensif orvet en travers du chemin.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il  profite des derniers chaleurs d'un été tardif...
 
              Je pénétre enfin dans la forêt. Sa verticalité m'enchante.

 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Les fougères aigles ont déjà devancé l'automne, seules, quelques  unes  par  leur verdeur insolente, narguent  leurs semblables roussies.
 
Je fais  la  forêt  mienne. J'aime  m'affranchir des contraintes des chemins et des  pistes, et traverse  les  parcelles: les difficultés sont autres, branches  basses, trous, rondins sournois cachés sous les feuilles.Mon esprit  se  libère...
 
                    Un claquement sec suivi d'un léger sifflement me laisse sans  illusion. J'ai du percer  ou déchirer  mon  pneu, et la chambre s'est insinuée  dans  la fente et a éclaté!
C'est  la  roue arrière! De mauvais gré, je  m'arrête. S'il y a  un chose que je répugne, c'est  bien changer  une chambre  à air!  Mais, sans doute que la douceur des  premiers  jours d'automne contribue à ma sérénite. Je  prends  la chose calmement. Je démonte la roue arrière et en sors  la chambre.
 
 
Je repère  l'endroit  où le  pneu a été  percé. De mon sac, j'extrais mon nécessaire de  réparation.  Je ne vais  pas réparer  la chambre  mais  en prendre  une  nouvelle. Cependant, je vais  mettre  une rustine sur  le trou, à l'intérieur du  pneu afin d'éviter que  la  nouvelle chambre y subisse  le  même triste sort que sa  précédente!
 
Je  positionne  la nouvelle chambre et commence  à la gonfler avant  de replacer  le  pneu à la  main sur  la  jante.
 
 
J'utilise  une micro pompe  à  pied bien pratique. Elle a cet avantage d'être extrèmement compacte et efficace! Vive  la technologie allemande! j'ai toujours été très  maladroit dès qu'il s'agissait de gongler un pneu avec les pompes  à poser directement sur  les valves. J'ai  été  bien heureux de trouver ce produit!
 
Voilà, c'est réparé. Certes,  j'ai pris  mon temps, mais qu'importe!
 
La forêt  a eu cette élégance de  m'attendre.
 

 

Voir les 7 commentaires

Un an pour galoper

Par Mustang - 21-09-2009 22:37:14 - 11 commentaires

Un an  pour  galoper !

 

 

                            Les Galopades  du Patrimoine - 18 septembre 2009 - Alençon (orne)

 

 

En fait, cela fait  plus d'un an que ce  projet est en gestation. David,  le directeur de  publication d'hebdomadaires locaux, inspiré en cela par son rédacteur en chef, JMF, ultra marathonien de  grande qualité, voulait  organiser  une course  à  pied dans les rues d'Alençon. 

L'affaire semblait assez simple  à  mettre sur  pied  mais  David a eu  la  malencontreuse  idée de s'adresser d'abord au seul club d'athlétisme  FFA de  la ville  ce qui a froissé la susceptibilité de certains autres d'une autre  mouvance.

Quoiqu'il en soit, chacun ayant  mis  un  -peu- d'eau dans son vin,  l'affaire est repartie en automne dernier en réunissant  4 partenaires dont  mon club  pour organiser ces galopades  à  travers  la ville d'Alençon.

David  a  pris la présidence du comité d'organisation, la  fonction de trésorier  m'a échu! Pas vraiment eu  le choix! Enfin, la  machine était lancée. Les réunions ont  été  nombreuses.

 

 

L'idée du parcours était de faire traverser les bâtiments  et quartiers remarquables d’Alençon par  les coureurs : le Conseil Général, le parc de  la Préfecture,  le  musée,  la Halle au blé, la cour de  l’office du tourisme, le  parc des Promenades, etc…  pour  illustrer d’une  manière sportive les  journées du  patrimoine, idée simple sur  le  papier  mais très compliquée en mettre en  œuvre.

 

 C'est troublant, le tracé du parcours évoque un personnage qui court! si si!!
 

 

Si le Conseil  Général a dit  oui pour travers son domaine,  le  préfet a dit  non pour le sien! Va comprendre ce dernier puisqu’il  ouvrira ses grilles  le dimanche ! Le  parcours est tourmenté  à souhait, parcs, rue, cours, même  un bâtiment  à traverser – la Halle au blé – et des  marches ! Ah, les  marches  du  musée, celles du parc !! Certes  après 20 heures, il commence  à faire sombre ! Enfin, je trouve  ce  parcours vraiment superbe et original.

 

 

                              traversée de  la halle au blé  ( copie mauvaise de  photo OH)

Le Conseil Général en  plus d’une généreuse subvention va installer sa  montgolfière dans  la cour. L’effet sera remarquable quand l’aérostier lancera le brûleur au passage des coureurs ! L’Harmonie Municipale sera installée dans  la cour carrée du  musée et va  jouer pour tous les concurrents.

 

 

                la montgolfière au Conseil général ( copie mauvaise de  photo OH)

 

J’ai reconnu  la semaine  précédente le  parcours avec  mon GPS  pour   arrêter définitivement le  kilométrage.  Avec  le refus du préfet et  la confrontation du terrain avec  la carte, le circuit  n°1 s’est pris  presqu’un Km-11,9 au  lieu de 11 km- oups,  une  paille !

Question  récompenses, nous avons choisi  une solution qui  n’a  plu à tout  le  monde, c’est-à-dire  uniquement  le scratch avec  la parité hommes-femmes. Mon  président en a démissionné du comité d’organisation ! Pour  le circuit  long, les 20  premiers  hommes et  les 20  premières femmes ont été récompensés  avec  la  même grille de  primes et sur le court, les 5  premiers hommes et femmes.  Puis, nous avons  récompensé des coureurs selon  leur  place, choisie avant  la course ! La douzaine de  lots  offerts avait une  valeur bien supérieure aux  primes !!

La dernière semaine, les échanges de  courriels ont été nombreux. La réunion la semaine  précédente avec les bénévoles semblait concluante.  La réalité  sera différente.

 

Voilà, nous sommes  le vendredi 18 octobre, jour des Galopades du patrimoine. Je quitte  précipitamment mon boulot  pour filer vers  la Halle aux toiles, centre  névralgique de ces  Galopades. Le comité d’accueil est  déjà en  place. Je suis surpris que  les  préposés aux  inscriptions aient  leur nom inscrit sur de grands cartons comme  pour  un Conseil d’Administration !!

 

 

Mince, je n’ai pas  le  mien ! Ah, bon ? Pas grave, faisons bonne figure, je suis  pourtant  le responsable de  la trésorerie de ce soir que j’ai amenée !

Glissons !

Enfin, voilà, le meilleur, ce côté que  je ne connaissais  pas. Je  me régale finalement  à être  observateur. Les coureurs  arrivent dans  le  hall pour s’inscrire. Beaucoup de têtes connues ! Quelques  mots échangés à chaque fois.  Alain s’active à la saisie informatique. Nous, qui comptions entre 200 et 300 inscrits, voyons ces chiffres largement dépassés ! C’est  une réussite avec 431 inscrits  pour cette première. David est ravi !!

 

 

 

Je  me rends sur  le parvis ou Francky et son équipe ont installé la zone d’arrivée avec  le barriérage. La ville d’Alençon a bien fait  les choses également avec  le  podium et  les chalets  pour accueillir différents  partenaires et le ravito d’arrivée.  Il est encore tôt  mais  il y a foule ! C’est agréable comme sensation et la  météo est bonne ! Il va même faire chaud ! Désœuvré de fait, je converse avec  les connaissances. Hellaumax est  le  premier Kikou que  je rencontre !

 

 

 

Titi61 et Dom61, des  locaux se  présentent ! Bien sûr  le Lutin est de  la  partie. Riah50 lui se réserve  pour  le dimanche aux foulées chesnaysiennes, il sera signaleur. C’est  une vraie course  populaire. Beaucoup de gens se sont  inscrits en ayant  que très  peu d’expérience de course. Un pari entre amis, entre collègues. Les  pompiers d’Alençon se sont inscrits en nombre. C’est super ! L’heure avance, l’ambiance est très sympathique.  Le succès semble être  là. 

 

                  Didier s'essaie à arriver en tête!!!!

 

Un gros souci surgit. Nous avons été trop modestes dans  notre  prévision pour  le ravitaillement en eau. Notre sponsor,  la société Cristalline  a fourni 500 petites  bouteilles d’eau, c’est  très  insuffisant surtout avec  la température de cette soirée. Il faut  improviser. La FSGT a  une réserve d’eau à son local ! Une délégation va  la chercher !

 

Il est  bientôt 19h45. Il faut  préparer  la course des  enfants. Nous avions  prévu de brider  la course sur 900 mètres environ.L’avant-veille, j’ai reçu un mail désespéré de Bin me demandant de sursoir  à cette  mesure ! Bon, on  ne  bridera que les  petits ! Bin pourra cavaler à son aise et remporter avec son copain Basile cette course ! Donc, les grands devant, les  plus  petits derrière  le ruban que je tiens avec Francky.  

 

 

                  Gérard au micro! Il y est excellent!!                                      Bin est aux avants postes!

                                                                                            Tiens le Lutin surveille, -loulou- est derrière lui!

Mon  président tient  le  pistolet. C’est  le départ, les benjamins  s’élancent.  Nous les suivons  à distance. Les plus  jeunes restent sagement derrière  le ruban. Le  public est  nombreux  pour les applaudir.  Place Desmeules, bien sûr !! Wilh est  là ! Notre  photographe de NCAP a fait  le déplacement pour  effectuer  le reportage photo.  Ce n’est que  le préambule d’un long week-end pour lui! Ce soir, il est  à Alençon, demain après-midi à Caen  pour  les Foulées du port, dimanche matin, il sera  à Gouville et l’après-midi, je  le reverrai à Ecouché  pour le trail ! Nous ne lâcherons les enfants qu’a la sortie du parc ! Francky file vers l’arrivée, je regarde passer les enfants ! Il y a un petit bout qui court avec son père !

 

 

 

A mon tour, je regagne l’arrivée.

 

 

 

                      une joyeuse bande de  kikous: Titi61, euh? Dom61 et Hellaumax

 

Les coureurs se sont rassemblés derrière l’arche de départ, cours Clémenceau. Il fait sombre. Cela va être désespéré pour les  photos !!! 20h et quelques minutes, c’est le départ !

 

 

 

   jeu:  où est  le coco ( l'essuin) qui veut  à tout prix se faire remarquer???? Bon,  lui et son équipe nous  ont  poutrés  au relais de Condé, dimanche dernier!!!

 

Voilà, tout ça  pour  ça !

C’est  l’euphorie ! De superbes  vainqueurs.

 

Le côté sombre sera  pour plus tard : les automobilistes irascibles qui forcent  les barrages, qui insultent et bousculent  les signaleurs ; au deuxième tour, la  moto de  la  police  municipale ouvrant le  parcours qui va faucher  le VTT serre-file de  la course, sans bobo pour  personne, heureusement!

 

Il est  une heure du matin, dans ce  bar  à côté du Journal, on fête  cette réussite avec  les employés de  la ville qui ont fini de débarrasser la  place. Demain, je suis encore de service  pour la  journée du sport avec  mon club et dimanche, c’est le trail d ‘Ecouché !

 

Le bilan sera pour plus tard. Certes, il y a eu des erreurs,  des  oublis,  des choses  seront  à améliorer. C’est  vraiment grisant de  participer à la création d’une course !

Voir les 11 commentaires

Elvis est-il mort à Condé, ce dimanche ?

Par Mustang - 16-09-2009 15:59:44 - 1 commentaire

 

 

Oui, Elvis est-il  mort ce  dimanche 13 septembre  à Condé??

 

                             On  pourrait  le croire???

 

 

 
 
 
Spiderman en est bouleversé!!! Il en est  même en rage!!!
 
 

 
En tout cas,  un qui  n'est  pas  bouleversé, c'est  bien  le Lutin !

 

 

Mais que s'est-il passé ce dimanche à Condé?????

 

Vous  le saurez  là!


 
 
 
 
 

 

Voir le commentaire

Pieds nus???

Par Mustang - 08-09-2009 20:50:23 - 11 commentaires

Il y a quelques temps, j'ai ouvert un post sur les  chaussures  très particulières proposées par Vibram, les fivefingers. Un(e)kikoureur (se) très timide, Mymaud m'a indiqué un lien, celui de  l'Hôpital orthopédique de Lausanne et sur les  articles du Dr Gérald Grémion.

Dans  cet article, il parle de la course  à l'amorti pour les chaussures et de son résultat paradoxale. Je reprends son article  ici:

 

Chaussures High Tech : un mythe ?

 

 Importance de bien choisir sa chaussure 

 

par le Docteur Gérald Grémion

Introduction

 

L’augmentation du temps de loisir et la trop grande sédentarité de la vie moderne ont contribué à la prise de conscience du besoin de mouvement. Avoir une activité physique régulière est aussi synonyme de bénéfice pour la santé mentale, physique, sociale et économique. Ces bénéfices sont bien documentés par de nombreuses recherches épidémiologiques. Pourtant il existe un revers de la médaille : ce sont les nombreux accidents liés à la pratique sportive qui entraînent un important coût médical. Dans certains cas, les conséquences peuvent entraîner un dommage permanent et réduire la qualité de vie. Parmi ces altérations on peut citer l’arthrose qui est souvent conséquence d’une activité physique intempestive. Parmi les différentes causes mentionnées à l’origine des arthropathies dégénératives, il convient de citer l’augmentation trop rapide du kilométrage, l’excès d’entraînement intensif, le manque de souplesse articulaire voire un chaussage inadéquat. C’est pourquoi les différentes manufacturiers de chaussures se sont intéressés au problème biomécanique et à la cinétique normale du pied pendant la course afin de pouvoir développer des types de chaussures susceptibles d’apporter un confort maximal et de la meilleure protection possible contre les blessures de surcharge.

 

Depuis une vingtaine d’année, acheter une chaussure de course à pied, c’est avant tout investir dans de l’air, du gel, du vide, de l’ultra léger, des micro bulles, des alvéoles, bref tous les artifices possibles et imaginables pour amortir le contact du pied sur le sol et donner l’impression de courir sur un nuage. La technologie déploie ainsi des trésors d’imagination pour épargner au coureur des chocs trop durs sur le bitume .

 

Aujourd’hui cela a l’air évident, pourtant ce n’est qu’au début des années 1980 que l’on a réellement pris conscience de ce risque, non seulement sur le développement des problèmes ostéo-articulaires mais également dans la genèse d’autres pathologies. En effet, à chaque foulée, le pied réceptionne une charge correspondant à 5 fois le poids du corps lors d’un footing à 10 km/heure. A la longue on finit par atteindre les capacités de résistance, surtout lorsque le jogging se fait sur une piste artificielle qui est construite de manière à restituer l’intégralité de l’énergie ce qui signifie une augmentation importante des sollicitations sur le pied par rapport à une course sur le gazon.

 

Pour pallier à cette hécatombe, beaucoup de chercheurs se sont penchés sur la chaussure idéale afin de déterminer dans quelle mesure celle-ci pouvait atténuer les chocs. C’est un défi à constituer bien entendu d’estimer les forces de l’impact qui peuvent sans

danger s’exercer sur le pied et à trouver des matériaux suffisamment absorbants et légers à incorporer dans des semelles pour atteindre des conditions optimales de confort et de sécurité . Cependant, il existe de nombreuses inconnues, notamment sur le comportement du pied dans la chaussure et la répartition des chocs à l’intérieur même de l’articulation. Pourtant tous se sont mis d’accord sur un point : Les chaussures doivent impérativement absorber les chocs pour réduire les risques de blessures. De ce fait toutes les nouvelles chaussures ont des propriétés phénoménales d’amortissement et cela a été révélé à grands bruits par la publicité

 

Pas de réduction du nombre de blessures malgré la nouvelle technologie

 

Tout allait semble-t-il pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’au jour où les statistiques ont démontré que malgré des progrès technologiques incontestables, le nombre de blessures non seulement n’a pas diminué mais a même augmenté. Le nombre de fractures de fatigue, périostites, tendinites est resté stable. De plus sont apparues des blessures nouvelles intéressant essentiellement la hanche.

 

Des scientifiques ont donc repris le problème à zéro et ont essayé de décortiquer les résultats des différents laboratoires. Premier point de discorde, la méthodologie employée pour étudier le coefficient d’absorption des matériaux. On a utilisé toute une série de dispositifs où l’on laisse rebondir un poids lâché d’une certaine hauteur. Ce poids, qui permet effectivement d’étudier la qualité d’absorption des chocs des différents matériaux utilisés ne remplace pas un pied équipé de muscles, de tendons et de mécano-récepteurs. En effet, les derniers travaux effectués récemment en Allemagne ont permis de démontrer que plus une chaussure était équipée d’éléments amortissants, moins il y avait de réponse des mécano-récepteurs à l’impact du choc, une sorte de paralysie musculaire s’installe . Le muscle ne répond plus à l’impact du choc, le pied s’endort, il s’ensuit une rotation interne du genou qui entraîne dans son sillage la hanche. Cette dernière se défend par une contracture de la musculature des rotateurs, cause d’une douleur chronique de la hanche lors de la pratique de la course à pied. Dans ce même laboratoire, on a comparé deux groupes de coureurs à pied. L’un courant avec des chaussures amortissantes, l’autre avec des chaussures simulant la course nu-pied. Après 12 semaines d’entraînement, la musculature du mollet dans le groupe sans amorti avait augmenté de près d’un tiers.

 

Cette étude porte crédit à l’étude épidémiologique réalisée lors du grand prix de Berne, datant de 1989. Il y a été analysé les habitudes d’une population de 5’000 coureurs. On a découvert avec étonnement qu’il y avait une relation inverse entre la fréquence des blessures et le prix payé pour des chaussures et cela malgré la pondération apportée en fonction du sexe et de la pratique. Les coureurs qui payaient la chaussure moins de 60 sfr se blessaient deux fois moins que ceux qui dépensaient plus de 250 sfr. Les chaussures les plus sophistiquées et les plus chères se sont retrouvées les plus dangereuses en terme de survenue de blessures .

 

Dans le même contexte, Steven Robins, chercheur et biomécanicien de Montréal, avait déjà démontré dans des études précédentes que l’incidence des entorses de chevilles était beaucoup moins grande lorsque l’on était pieds nus par rapport à un chaussage. Biomécaniquement parlant, ceci est expliqué par le fait que la marche à pieds nus stimule les mécano-récepteurs de la voûte plantaire qui ont un effet protecteur sur la proprioception

des différentes articulations, en particulier celles du pied.

 

L’excès d’amorti est vraisemblablement source de blessures

 

En quoi les chaussures amortissantes peuvent-elles être source de blessures ?

 

Courir pieds nus est vraisemblablement la meilleure protection. En effet, les douleurs engendrées par les impacts entraînent une stimulation des mécano-récepteurs, une contraction musculaire synchrone de protection, ce qui améliore la capacité d’auto-protection par ses propres muscles et tendons. Le port des chaussures confortables diminue l’appréciation qu’a le coureur de la position de son pied dans l’espace, ce qui représente un sérieux risque accru de survenue d’entorse. En outre, cette contraction musculaire va permettre un effet de rebondissement, ce qui va améliorer en terme de biomécanique l’efficacité et le coût énergétique de la course. Le coureur qui porte des chaussures trop confortables perd cette contraction musculaire de protection, il adoptera un style de course lourde, significative d’un corps qui s’effondre sur lui-même.

Courir pieds nus est un excellent exercice pour améliorer la force, l’économie de course et les qualités proprioceptives. Les physiothérapeutes le connaissent depuis longtemps puisque les rééducations après entorses de chevilles se font essentiellement pieds nus, surtout quand il s’agit de travailler la proprioception. Dans le développement des chaussures, l’erreur des biomécaniciens aura été d’avoir sous-estimé l’importance du comportement humain et des activités musculo-tendino-ligamentaires car comme l’ont démontré les recherches à orientation plus médicale, l’homme adapte sa stratégie d’atterrissage en fonction de la dureté du sol.

 

Dr Gérald Gremion,

Hôpital orthopédique  de Lausanne


 Pour ceux que ça intéresse, ce médecin a accordé un très intéressant inteview sur les  performances des athlètes aux jeux olympiques de Pékin à une chaîne de  télévision suisse, la TSR:

Le texte de  l'interview est ici

 

 

à méditer !

 

 

Voir les 11 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 469689 visites