La Tête d'Or
Mustang

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

La Tête d'Or

Par Mustang - 14-04-2009 17:29:15 - 4 commentaires

 

Ce dimanche matin 12 avril, départ  pour le footing dominical. Une fois  n’est pas coutume, je ne suis  pas en Ecouvie, mais au cœur de  la capitale des Gaules. Quoi, il suffit que je troque  mes  trails  pour des running es goudron et le tour est  joué. Jeudi dernier,  j’ai  bien  galopé dans les rues de Montpellier pendant  plus d’1h40 !

Cependant, je ne suis qu’à quelques minutes d’un grand  parc où, paraît-il, les  joggeurs lyonnais se donnent rendez-vous. Je passe en  petites foulées devant l’ancienne gare de  la Part Dieu, emprunte  le boulevard des Belges  puis  la rue Anatole France et  me voilà devant  une grille  imposante. Elle défend une des entrées du parc de  la Tête d’or.

 


 

Effectivement, la fréquentation  est  imposante. Je suis  impressionné. Derechef, je  me  lance dans  la ronde. Mais  non, pas du tout, j’ai tourné à gauche !!! Très vite,  je  m’aperçois que  je cours dans le mauvais sens. Je  suis  même  obligé de quitter l’allée sablée  pour la route afin d’éviter  les coureurs qui arrivent face  à moi. Mais c’est  pire, là, c’est  le terrain des cyclistes !! Je m’obstine. Je suis ridicule.  Je  bats en retraite devant  une autre grille encore  plus  imposante que celle  par  où je suis entré. J’effectue donc  un demi-tour diplomatique.

 

 

Ah, enfin la sérénité, je cours dans le bon sens, de concert avec  mes coreligionnaires. En route ! Ça galope, ça trottine, ça court, ça déroule, ça marche  même, la  plus  part en musique,  seul, à deux, en groupe, avec chien. Je découvre le circuit. Je repasse devant  les serres de  l’entrée. Je  me sens  bien. Je  me  mets dans  le rythme. Euh, quel rythme à vrai dire.  Tiens,  si  je faisais  le  kéké ! Je  prends  en  ligne de  mire  un jeune en tenue  bleu et  noir qui file  un bon train. Et c’est  parti ! Toute  le  monde court, des vieux, des  jeunes, des  minces, des gros, des filles, des gars. Pour les tenues, c’est de  la  même eau, il y a de tout  y compris  le coureur en pantalon de jogging coton avec  la veste assortie et la capuche sur les  yeux ! Il doit bien transpirer celui-là car  il fait bon ce  matin pascal. A  propos,  j’ai revêtu une tenue emblématique, celle de Kikouroù: t-shirt rouge avec l’emblème kikourien dans  le dos et un running  noir. Avec cette tenue-là, j’ai  l’espoir de me faire reconnaître  par des  kikous lyonnais. Macache ! Pas  un ! Je suis déçu, j’aurais  bien aimé tourner avec quelques uns d’entre eux. Je continue donc seul  mon  périple. Je suis  bientôt  à  l’opposé du  parc, je  longe des  immeubles modernes aux toits semi-circulaires, dans  l’un deux, travaille  mon fiston, puis  je repasse devant  la grille  où j’ai effectué  mon demi-tour stratégique.  De  nombreux coureurs  s’y sont rassemblés pour discuter, effectuer des étirements ou simplement regarder  passer  les autres. Juste avant d’achever ce  premier tour, je foule  une allée recouverte d’écorce. L’impression est délicieuse pour  la foulée ! Voilà, mon  premier tour accompli grosso-modo en 19 mn. Mon fils  m’a  précisé que ses copains bouclaient  le tour en 14mn. J’en suis  loin  j’ai pourtant  pas eu  l’impression de trainer !

 


 

J’entame  ce deuxième tour avec l’objectif de  dépasser  mon pacer bleu et noir. Mètre  par  mètre,  je gagne sur lui. Le parcours est  très agréable. Il est quasiment  plat, tantôt  ce sont des allées  larges, tantôt ce sont des sentes qui filent entre  les arbres. Voilà, j’ai atteint  mon objectif ! Je continue cependant sur ce rythme. Je  me sens  vraiment bien. Voilà  bien  longtemps que  j’ai couru à une telle allure, pas de  douleurs  ou si  peu. J’ai  l’esprit  libre. Quel  plaisir de dérouler ma foulée dans ce  magnifique  parc que  le printemps a reverdi. J’ai  le corps qui exulte, l’esprit aussi. J’arrive à  hauteur du jardin  mexicain où je  boucle  mon deuxième tour en  un peu  moins de 18mn ! Cependant, je vais  être sage  pour  le troisième, je dois  garder des réserves  pour le relais UFO dans deux  jours. Je  lève donc  le  pied, cela  va  me  permettre de  mieux  apprécier  le  lieu. Je  longe un bâtiment où sont  exposés des  instruments de  musique, il s’en échappe une musique de  percussions, plus  loin, je perçois quelques cris étranges venant du zoo. Mais   je suis en ville, par  moment, les trains arrivant  à la Part Dieu se font entendre avec la rumeur de  la circulation encore faible  à ce  moment de  la  journée.  Sur  la gauche, sur  une vaste  pelouse, des footballeurs taquinent  le ballon.  Des rollers  plus  ou  moins  habiles parcours  les  larges allées voisines de  la piste  où je cours. Les coureurs sont  toujours aussi  nombreux à tourner. J’achève  mon troisième tour. Quelques étirements et  je repars vers la rue Lalande.

L’après-midi, je reviendrai au parc envahi  par  une foule autrement  plus compacte.

 


 

Billet précédent: Au loin
Billet suivant: LA NUIT AMERICAINE

4 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 14-04-2009 à 17:52:50

T'as pas trouvé de Kikou dans le parc ? Et nous, on s'entraîne dans des parcs ?

Commentaire de grandware posté le 14-04-2009 à 18:38:29

Macache... j'aime bien cette expression.. j'y pense jamais...

Commentaire de langevine posté le 15-04-2009 à 16:09:29

C'est vrai que c'est tt à fait le genre d'endroit que j'évite le dimanche, encore plus aux beaux jours!! Mais la prochaine fois, tu nous préviens, on te fera découvrir des coins sympas!!

Commentaire de Françoise 84 posté le 15-04-2009 à 20:27:51

Mon fiston aussi habite rue Lalande... s'il t'avait vu, il aurait reconnu la tenue rouge!! La prochaine fois que tu descends, il ne faut pas te contenter du "tonton Khanardô", il faut passer voir le neveu!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.18 - 525845 visites