Y a de quoi rire ?????
Mustang

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Y a de quoi rire ?????

Par Mustang - 06-08-2008 16:25:12 - 6 commentaires

Quelques souvenirs amusants et anecdotes de  mes courses en cadeau à l'occasion de mon anniversaire!

 

 

12 juin 1999, je participe  à ma deuxième course, celle du Belvédère, un 15 km qui  nous emmène en haut de  la forêt de Perseigne. C’est  le Lutin qui m’y a amené. Pendant  près de 12 km, on va discuter tous  les deux tranquillement, chacun sait que l’animal est bavard ! Mais à un moment, je  lui dis de  m’excuser et  je  le  plante là au  pied de  la dernière côte ! 1mn15 nous sépare à l’arrivée ! Il s’est rattrapé depuis !

25 juin 2000, c’est  mon  premier  marathon  au Mont-Saint-Michel. La veille, je n’ai rien trouvé de  mieux que de  planter  ma tente sur  un parking, sous  un pont routier  où toute  la nuit  les voitures  ont circulé ! Nuit blanche assurée. Avec Riah50, notre coach, Le Lutin et  moi partons prudemment. Le copain Joël, plus aguerri est parti devant ! Arrivés  à mi-parcours en 1h44, le Lutin et moi nous nous apercevons qu’on est  très  bien et décidons d’accélérer. Au 30e, nous passons Joël dans  le rouge en imitant un concert de  binious. Celui-ci se vengera  bien des années  plus tard ! On termine en 3h26 !

17 juin 2001, je remets ça avec le marathon du Mont-Saint-Michel avec toute l’équipe ! Il fait chaud. A un ravito, je bois quelque chose qui ne passe pas. Je sens  mes  intestins se  plaindre. Bien sûr, je suis en compagnie du Lutin. Je continue  mais ça commence  à urger ! Pas de  bol, on est en train de traverser  un des  deux villages du parcours, le Vivier-sur-mer ! Pas évident de courir en serrant les fesses ! Je laisse partir le Lutin. Mais que ce village est long à traverser, je ne vais pas  pouvoir attendre la campagne à sa sortie et je ne me vois  pas débourrer au milieu des spectateurs ! J’avise  un jardin à droite. J’ouvre  le  portillon et me précipite derrière  un carré de salades ! Je me bats avec le lacet de  mon short et enfin je peux  me soulager ! Je m’essuie avec ce que je peux ( !), je remonte  mon short et je repars vite à la  poursuite du Lutin. A la sortie du Vivier, il y a  une station d’épongeage. Je  me  lave  les  mains dans  le  bac mis  à la disposition des coureurs  pour se rafraîchir. Désolé, mais on m’a appris  à me  laver les mains après être passé aux toilettes et nécessité faisant  loi ! Devant  moi, une concurrente au short dégoulinant n’a pas  pris  le temps de s’arrêter comme  moi pour  le  même besoin ! Je ne rattraperai pas  le  Lutin et je finis en 3h21. Depuis, les copains se  méfient des  bacs d’épongeage, on se demande  bien  pourquoi !

23 novembre 2003, toute  la fine équipe se rend  en Bretagne  pour le trail de Nostang. En nous rendant au départ, le Lutin manque d’un cheveu de  nous flanquer en voiture dans le ria d’Etel ! Le trail a  un tracé  bien sympathique : il décrit  un huit, la  première  boucle  longeant le ria et la deuxième conduisant dans la campagne. A peine parti, le Lutin prend  la  poudre d’escampette ! Je ne suis pas au mieux de ma forme et je chemine en compagnie de Riah50. Une  première alerte quand  nous apercevons  un groupe de coureur sur  la droite qui nous rejoint. D’où viennent-ils ? Nous continuons et repassons pas la zone de départ où peu après, s’amorce la deuxième boucle du huit. Pas de souci, Riah50 et moi trottons de  bon aloi dans la campagne bretonne. Les coureurs sont très espacés car à un moment dans  une partie très dégagée, on n’aperçoit pas grand  monde devant ! Peu importe, on continue quand, soudain, venant à notre rencontre, voilà qu’arrive tout  un groupe de coureurs ! C’est la tête de course !!! Euh !! J’ai quand  même  pris  le temps d’examiner  le circuit et  j’ai un très grand sens de  l’orientation et je suis sûr de  mon parcours. Riah50 et moi continuons laissant  les autres coureurs  perplexes. Certains rebroussent chemin avec nous, d’autres continuent  à contre-sens. Mais d’autres coureurs continuent d’arriver face  à nous. Alors  les autres repartent  à leur suite, beaucoup font demi-tour ! C’est la pagaille totale ! Il fallait voir  la tête des coureurs complètement affolés, ne sachant  plus dans quel sens courir ! Moi, têtu, je continue mon parcours.  Vers  l’arrivée, il a quand  même fallu que  je demande mon chemin  car il n’y avait  pas de signaleur. J’arrive enfin. Les  « organisateurs »  ont  plié  les gaules, il n’y a plus rien sur la table de ravito. Que s’est-il passé ? Tout simplement, la tête de course et pour  ne pas dire  près de  la  moitié des  coureurs a enfilé la deuxième  boucle du  huit  à l’envers et les signaleurs aux deux  postes de contrôle qu’ils  ont rencontrés  les  ont  laissé  passer, ignorant le sens de  la course ! Voyant cela, beaucoup donc  ont fait demi-tour et se sont  présentés sur la  ligne d’arrivée comme s’ils avaient fait  la totalité du parcours (35km) alors qu’ils en avaient fait au  mieux 30. Le  pire est que  les  organisateurs  ont  officialisé cette arrivée ! Bien sûr, le Lutin faisait partie de ces  horribles tricheurs ! Riah50 et moi avons  sauvé  notre  honneur dans cette affaire, na ! Pas comme certains !

23 février 2004, j’ai entraîné  un groupe (sans  le Lutin) pour  un trail hivernal, celui du Vulcain, à Volvic. J’ai déniché  un hébergement dans  un gite de groupe dans  un petit village  à côté.  Le repas du soir se déroulait dans des salles voutées du plus bel effet. Notre  équipe de 5 coureurs s’installe à la table qui peut accueillir 10 personnes. Après  l’entrée, un groupe de 4 personnes s’installe  à notre table. Christophe reconnaît  un des  hommes et nous  indique qu’il s’agit de Benoît Laval que  je ne connaissais pas encore alors ! Le cuistot amène  le  plat  principal: escalope et pâtes. Mais il ne devait avoir que 6 ou 7 escalopes et des  pâtes  pour  5 ! Joël le  parisien ne s’embarrasse pas et se sert généreusement. A notre tour, nous nous servons. Si bien quand  le  plat arrive à Benoît Laval (Il y avait aussi Alexandra Rousset), il ne reste que 2 escalopes et 3 nouilles ! Visiblement, cela  l’a vexé car tout son groupe nous a tourné  le dos et ne  nous a pas adressé la  parole. Bref, on l’avait trouvé  bien bégueule ! Mais, bon, ok, ce  n’était pas sympa de  notre  part surtout  quand Joël a  passé  le  plat un peu rigolard! On s’est expliqué depuis à ce sujet et  les choses se sont arrangées  puisque  lors du RTT 2007, tout  le groupe est venu sous  les couleurs du F.C.N.B.L. (Fan club normand de Benoît Laval).

30 octobre 2005, c’est la dernière  manche du challenge des trails bas-normands à Grimbosq (14). Le  lutin et moi sommes au coude  à coude  pour  la deuxième  place ! Notre copain Jean-Marie s’en était fait  l’écho dans son  journal. Perfidement, j’avais laissé entendre que le  profil de ce trail très roulant était plutôt fait pour Thierry. En fait, il n’était  pas  particulièrement roulant ! Mais  le  fait  le  plus  marquant de ce trail de  plus de 30km est qu’il se déroulait  pendant  la chasse ! Si bien, qu’à un moment, nous devions  emprunter  un long chemin montant en bordure de  bois. Et tout  le  long de ce chemin, était  postée  une quarantaine de chasseurs, l’arme  à la main ou au pied, espacés d’une dizaine de  mètres. C’était  une vision assez surréaliste de voir  les coureurs en tenues  bariolées  passer  à côté des Nemrod en tenue de camouflage. Pas  un mot  ni un signe  n’ont été échangés ! Deux  mondes ! Et  pour finir, j’ai récupéré  le Lutin au 28e  km et  j’ai terminé devant  lui, gardant ma 2e  place au challenge !

29 janvier 2006, la fine équipe se  prépare à descendre sur  le Mont-Dore pour  le désormais trail  hivernal. Ce samedi matin vers 11h, au départ d’Alençon, le groupe se rassemble. Nous sommes 6 et partons  à deux voitures. Je  monte dans celle du Lutin avec Loulou. Cependant, depuis le  milieu de  la  matinée, il  neige abondamment. Nous  prenons  l’autoroute. Thierry n’a  pas  mis de  pneus spéciaux et il n’a  même pas de chaînes ! Nous sommes devant. Il neige vraiment beaucoup, cela devient inquiétant mais par  pour le Lutin. Sur  le Mans, il y a  une  bonne couche poudreuse sur  la  route. Mais Thierry conduit  à l’aise. Je  ne l’ai jamais vu aussi sûr de  lui. Et il nous  le dit. Il nous fait  un cours sur  la traction automobile ! Loulou et  moi commençons  à blanchir  à voir  les voitures au fossé, même  les fourgons d’entretien ! Il roule aux alentours de 80-90 km/h ! Au fou ! Et il double d’autres voitures ! Je propose que  l’on mette aux voix la décision ou non de doubler. Pas le temps de voter qu’il continue  à doubler les rares véhicules. Et pour  mieux faire, il reste sur  la voie de gauche de  l’autoroute, là où la  neige est épaisse et non tassée, ben voyons ! Il garde  la  même  vitesse sans  l’ombre d’une hésitation ! Cependant, Loulou et  moi n’en menons  pas large, surtout qu’on continue à voir des véhicules dans tous  les sens. Et  pour couronner  le tout, comme on doit s’arrêter  pour manger à l’aire de repos  peu avant Tours, dans  le rond-point qui accède au parking, il nous fait  une démonstration de tête-à-queue au frein à main ! Pendant qu’on mange nos casse-croûtes, des gendarmes arrivent et nous incitent à la  prudence car ils  ont vu des voitures qui roulaient trop vite !!! Tu parles !! Ensuite, après Vierzon, la neige aura disparu et nous arriverons à bon port dans  un centre d’hébergement à la sortie du Mont-Dore. Au milieu de  la  nuit, l’alarme incendie se déclenche. Je jette un coup d’oeil dans  le couloir mais comme  cela n'a  pas  l’air de se bousculer, je retourne me coucher. Les autres  n’ont  même pas bougé de  leur lit ! C’est bien Français, ça !

 

Billet précédent: Abattage !
Billet suivant: Interview n°1

6 commentaires

Commentaire de BENIBENI posté le 07-08-2008 à 00:29:04

Ils sont fous ces Normand !

Commentaire de la mouette posté le 07-08-2008 à 11:48:42

Mustang , la réputation des trailers Alençonnais n'est plus à faire, je me souviens bien de la dernière anecdote du 29 janvier 2006 , et de l'alarme dans ce gite!

Commentaire de Epytafe posté le 07-08-2008 à 12:34:24

Pas mal l'idée de profiter des vacances du Lutin pour le pourir...

Commentaire de agnès78 posté le 07-08-2008 à 20:07:09

Tu es... tout simplement ... adorable... merci... à TRES bientôt j'espère

Commentaire de -loulou- posté le 09-08-2008 à 17:37:11

avec quelques jours de retard bon anniversaire canasson normand

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 23-08-2008 à 12:42:02

Tu sais ce qu'il te dit le Lutin ? Tu as oublié le RTT dans tes anecdotes ! Je peux raconter comment t'es arrivé ? Sinon, tu as oublié l'anecdote du jambon frites de la Fila Aubrac avec la repeinte des toilettes de Laguiole par le Lutin.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 483268 visites