6 mois après
Mustang

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

6 mois après

Par Mustang - 31-01-2009 23:23:31 - 9 commentaires

Ce samedi, le dernier de janvier,  je  m'étais dis, bon,  il faut que tu te décides, remonte sur ton VTT.

Il fait froid, très froid. Ce matin, Mireille et moi,  nous sommes allés sur le marché à pied. Nous avons craqué devant  les coquilles Saint-Jacques que  je vais cuisiner ce soir.

Je traîne sur le web. Bientôt 15 heures, je papote avec des copains sur MSN.  Alors, quand  vas-tu remonter sur ton Lapierre? J'hésite. Merde, il faut tout sortir, tout le matos!! 3h15, je ferme les applications. Je descend au sous-sol et je fouille dans  l'armoire à la recherche du collant VTT. Je mets un certain temps à le trouver!! Bon, j'enfile  la maillot Odlo, le collant. Je cherche les autres fringues  pour affonter le froid. Je ressorts  mes godasses Shimano. Cela fait  un an que  je ne les ai pas touchées!! Bon, je  prends  mon Camel-back, j'y glisse  mon tel, une carte, de  l'éclairage, du matos en cas de  panne. Je  monte et descends les étages pour bien  préparer ma sortie.

Je décroche  mon Lapierre. Je gonfle les  pneus et  je graisse  la chaîne. 6 mois déjà!! Dernière  sortie le 14 juillet, un lundi matin. Qu'il faisait beau ce  matin-là! Si beau  pour  une dernière sortie! Près de 3 heures de  bonheur, en ce  juillet magnifique, en forêt d'Ecouves  pour un adieu! 

15h30, ce 31 janvier, je quitte Damigny sur  mon VTT. Il fait très froid, le ciel est gris. Je  me suis  bien couvert mais je sais  que  mes  pieds  vont souffrir!  Je  prends  le chemin habituel pour gagner  la forêt. Le chemin, bien sûr, est extrémement  boueux! Voilà, c'est  galère mais  même  si  je  peste, je suis content de batailler dans  la boue. Je suis  même étonné de  pouvoir avancer dans ce bourbier!!

J'arrive en forêt, j'attaque forcément  par  une  montée. Je  prends  le chemin de  la Messe. Cela commence doucement  mais ensuite  les  pentes se relèvent. Je suis  obligé de faire une  halte.  Pas de  jus! L'opération  m'a tué, je  le sais  bien, saloperie de crabe. Les sorties à pied sont des  galères!  Alors je remonte sur  mon vélo, développement  le  plus bas, j'attaque  la pente et  j'arrive en haut. Ne pas penser! L'air est vif, le ciel est couvert! Mais  les arbres sont  là! Mes arbres! Il ne reste qu'à descendre. Non, pas  par  la sommière, trop simple. J'oblique à gauche pour  prendre une sente. Un terrain comme  j'aime, encombré de  branchages, un peu gras. Je retrouve des sensations. Je suis  bien!

J'arrive au Vignage et  je choisis une sommière sur  le droite  pour reprendre de  la  hauteur. La  pente est douce  d'abord  puis se fait  plus raide. Peu  importe, je  monte petit train. En haut, j'oblique  à droite  par  une sente  boueuse, encaissée. Je  me bats dans cette boue  pour avancer. Quelle dérision! On a  les victoires qu'on  peut. J'arrive sur  la route et rejoints le carrefour du Chêne Verdier. Une chasse  à cour est en train de se terminer. Je croise des gens en rouge. Ils  m'ignorent;

J'ai  le choix pour descendre. J'évite  le chemin du Vignage car  il est dans  un  état  lamentable suite au débardage. Je  prends  une autre  option, un peu difficile au début mais c'est  bon de faire  du  hors  piste! J'attrape  le chemin que  j'avais  prévu mais hélas, le débardage a aussi tout bouleversé. 500 mètres très  pénibles  mais ensuite c'est  bon! 

Ensuite c'est du vrai bonheur! Une  bonne dégringolade Et je ne suis  pas seul! Huit  biches  m'accompagnent dans cette descente!  Elles sont  à une vingtaine de  mètres. Nous descendons de concert!  Bonheur absolu! A  l'approche de  la route, elles rebroussent chemin! J'arrive sur  la route.

Quelques centaines de mètres de  goudron et je reprends  un chemin bien gras forcément. J'ai  les cuisses en feu. Le soleil est  bas sur  l'horizon. Il doit être tard. Je  n'ai pas de montre. Après Colombiers, je rentre par  la route. Sur  le goudron, je déroule. Il est  passé 18 heures  quand j'arrive  à Damigny. 

Six  mois après!  Six  mois!

 

Billet précédent: Gueules de cross
Billet suivant: RIFIFI rue du Chant des Oiseaux

9 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 31-01-2009 à 23:31:16

Six mois, c'est un minimum pour récupérer. Pas de panique, le cheval retrouvera ses sensations avec le temps. Les biches, c'était un signe de la part de la Forêt. La forme reviendra... au galop.

Commentaire de Marco47 posté le 01-02-2009 à 09:20:03

Six mois, c'est même pas le tarif syndical...ça m'a usé pendant presque deux ans, allez, on s'accroche et on ne lâche rien, jusqu'au bout !

Imagine un cross dont tu es dans la dernière boucle, tu viens de passer la bosse, tu as les cuisses en vrac, le souffle court mais maintenant, c'est du beurre, le reste se fait "sur ta classe naturelle".

On n'a jamais vu un crabe faire du mal à un cheval sauvage...au galop.

Commentaire de taz28 posté le 01-02-2009 à 09:46:56

Tu as déjà repris le mors aux dents mon Mustang !! Tu cours, tu pédales, tu manges des noix de Saint Jacques avec ta Mireille, le printemps arrive...Tous ces petits bonheurs t'appartiennent !!

Commentaire de BENIBENI posté le 01-02-2009 à 10:20:07

Bravo à toi.

Commentaire de ouster posté le 01-02-2009 à 12:01:53

Une sortie comme on les adore :)

Bonne reprise

Commentaire de francois 91410 posté le 01-02-2009 à 14:15:57

Une sortie comme ça, même sous un froid de canard, ça fait du bien, ça motive, ça permet de se remettre en route !! Ca fait plaisir. L'essentiel.

Bon courage pour la suite !

Commentaire de jepipote posté le 01-02-2009 à 17:36:02

plein de courage tu es,
sage je suis resté,
sur le vtt,
pas envie de me gelé,
j'ai préféré,
la course a pied.

bonne reprise.

Commentaire de RogerRunner13 posté le 01-02-2009 à 20:12:12

Je te souhaite de revenir rapidement en forme.

Commentaire de marioune posté le 03-02-2009 à 00:27:53

Ne pas penser, ne pas comparer, ne pas prendre cette sortie comme un test,
sentir la mécanique repartir, dégripper, tomber, tu dis bien : pas de montre, et surtout, en même temps respirer, victoire dérisoire, la boue..J'étais au même moment à Fontainebleau, où je n'étais pas retournée depuis juin. 3h45 et le genou renâcle un peu, couine, coince, ça tire, ça vit tout ça. Je suis bien, tu es bien...Que du bon! Bonne semaine.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 502828 visites