Au nom du père
Mustang

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Au nom du père

Par Mustang - 03-02-2010 16:25:02 - 5 commentaires

Au nom du père

 

Voilà déjà bien longtemps que  le livre de Paul Théroux, The  mosquito coast, à la suite du jeune Charlie et de son  père Allie, m’avait entraîné dans  une formidable  aventure  picaresque  sur  une côte  hondurienne. Le regard de cet enfant sur   la folie destructrice de son  père qui s’était  mis en tête d’entraîner sa famille vivre dans  la  jungle et de construire  une  usine à glace m’avait bouleversé.

Ce  n’est que récemment avec  le  livre de Cormac McCarthy, The Road, que  j’ai retrouvé  un rapport aussi  intense entre  un  père et  un fils, mais  là,  à l’unisson, dans une  lutte  pour survivre. A  la  luxuriance du langage de Théroux, à  l’image de  la jungle, succédait la froideur et  le dépouillement, tant dans l’écriture que dans la description des  personnages et du  monde  post atomique dans  lequel  ils évoluaient.  Cependant, dans ce roman, le  lecteur  ne  peut qu’imaginer les sentiments qu’animent  les  héros. Rien ou si  peu en est dit !

Puis voilà, je viens de  lire le dernier roman de David Vann, Sukkwan island ! Un  père et son jeune fils  partis vivre seuls sur  une côté glacée de l’Alaska. Cependant, ce  père  est faible, égoïste. Le séjour  tourne au  naufrage, jusqu’à  l’inouï. J’avoue avoir été sonné par  l’événement fulgurant, improbable,   qui clôt  la  première partie du  livre. J’ai  parcouru la seconde  partie  avec la nausée. Un livre  à la fois glaçant et brûlant. Insupportable?

 

Trois  livres, trois destins.

 

Paul Théroux, The  mosquito coast ( La côte des  moustiques) - Calmann-levy (1983)

Cormac McCarthy, The road ( La route) - Editions  de  l’Olivier  (2008)

David Vann, Sukkwann island - Gallmeister (2009)

 

 

Billet précédent: Une semaine après
Billet suivant: La mort du chien

5 commentaires

Commentaire de shunga posté le 03-02-2010 à 18:47:30

vu le premier tout petit, lu le second tout grand, inquiet pour le troisième, j'ai des points de vue bien particuliers sur les relations parents enfants comme on te la peut-être expliquer...
La référence est notée...
La puissance de la pudeur dans the road était bouleversante quand même...

Commentaire de ampoule31 posté le 03-02-2010 à 19:11:53

Il est donc pas "saint" d'esprit ...

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 03-02-2010 à 20:01:20

Je les lirai quand j'aurai fini de colorier les livres de ma bibliothèque...

Commentaire de le G.G.O. posté le 04-02-2010 à 12:36:37

j'ai trouvé "The Road" sur l'étagère d'Isa ce matin...j'attaque la lecture pépère ce soir dans le train du retour

Commentaire de philtraverses posté le 04-02-2010 à 19:41:15

J'avoue n'avoir lu qu'un seul de ces livres : the road, à l'écriture épurée, au langage simple, sans métaphores ni fioritures, presque banale, qui ne laisse place à aucune empathie pour les personnages, dont les sentiments sont peu décrits, et qui par conséquent ne permet pas au lecteur de s'identifier ou de se projeter. Seule m'a choquée la fin et la facilité de l'enfant à s'adapter après.. mais c'est la vie et je ne voudrais pas dévoiler le livre..

Je vais sans doute acheter le dernier dont le récit semble recouvrir des thèmes et fantasmes qui me sont chers. Je connais, par mon métier, des histoires qui se passent à coté de nous, sans aller en alaska, ou des pères entrainent leurs familles ou leurs proches dans leur auto destruction, qui prend parfois malheureusement des masques séduisants.. Je pourrai en faire un billet plus tard

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.2 - 488659 visites